Simon, Albert

Il est calculateur auxiliaire pour le BDL, où il est admis en 1911 : « M. Albert Simon est autorisé par M. le Ministre à être employé pour ses travaux cartographiques, à titre temporaire. »1

En 1914, Simon est engagé pour des travaux cartographiques et le Bureau discute de sa rémunération :

« […] Une décision ministérielle autorisant le Bureau à employer M. Simon comme calculateur temporaire pour effectuer, pendant une durée de 3 mois, les travaux cartographiques relatifs à la Connaissance des Temps. M. Simon sera rémunéré par une somme de 600 francs. Au sujet de cette rémunération, M. le Directeur du Service hydrographique et M. Bigourdan estiment tous deux qu’elle paraît exagérée, M. Andoyer expose qu’il a l’intention de faire établir un planisphère en 3 feuilles qui pourrait servir pour toutes les éclipses en n’en prenant que la portion nécessaire à chacune d’elles, ce qui diminuerait les frais occasionnés chaque année par l’établissement des cartes d’éclipses. …Après une courte discussion, on décide que la question sera tranchée au mois d’octobre prochain par M. Renaud et M. Andoyer après consultation de MM. Rocques-Desvallées, calculateur principal et Simon. »2



1. PV BDL, des 8 novembre 1911 et 23 avril 1913.

2. PV BDL, 8 juillet 1914.

Citation du texte: Guy Boistel, “Simon, Albert,” La connaissance des temps, consulté le 27 octobre 2020, https://cdt.imcce.fr/items/show/973.