Hamy, Maurice Théodore Adolphe

Né à Boulogne-sur-Mer en 1861

Mort à Paris en 1936

Astronome. Après avoir soutenu une thèse à la faculté des sciences de Paris sur la figure des corps célestes non homogènes, Hamy est nommé aide-astronome en 1887, astronome adjoint en 1893, puis astronome titulaire en 1904. Il est élu à l’Académie des sciences en 1908. Ses premiers travaux touchent les mathématiques et la mécanique céleste. Par la suite, il travaille également au perfectionnement des instruments astronomiques, tels que les instruments méridiens, et à la réduction des sources d’erreur.

En 1897, après le départ d’Henri Deslandres (1853-1948) de l’Observatoire de Paris vers l’observatoire de Meudon, Maurice Lœwy (1833-1907), le directeur de l’Observatoire de Paris, charge Maurice Hamy de réorganiser le service d’astronomie physique en 1903. Le grand équatorial coudé de 60 cm d’ouverture lui est affecté pour la mesure des vitesses radiales stellaires à l’aide d’un nouveau spectrographe installé en 1907 par le constructeur d’instruments d’optique Paul Gautier. Déjà, en 1898, il avait appliqué sur son objectif un dispositif interférentiel imaginé par Fizeau en 1868 et avait réussi à mesurer les diamètres apparents des satellites de Jupiter et, pour la première fois, celui de l’astéroïde Vesta.

Citation du texte: Pascal Descamps, “Hamy, Maurice Théodore Adolphe ,” La connaissance des temps, consulté le 20 août 2019, https://cdt.imcce.fr/items/show/846.