Newton, Isaac

Né à Woolsthorpe, Lincolnshire en 1642

Mort à Londres en 1727

Il fait ses études au Trinity college de Cambridge (1661-1668) et est nommé professeur de mathématiques à l’université de Cambridge en 1669.
Il se retire à la campagne lors de la grande peste de Londres (1665-1666). De ces deux années merveilleuses découlent les découvertes en mécanique, mathématique et optique qu’il exposera par la suite. Les Philosophiae naturalis principia mathematica (1687) présentent l’aboutissement de ses recherches en mécanique.
Il y définit les notions fondamentales de masse, de force, d’espace et de temps relatifs et absolus. Il énonce les trois lois de la dynamique : principe d'inertie, principe fondamental de la dynamique, égalité de l'action et de la réaction. Il expose sa théorie de la gravitation universelle dans laquelle les corps s'attirent selon l'inverse du carré des distances.
Il peut ainsi expliquer le mouvement des planètes et de la Lune observé par Képler, la précession des équinoxes, les marées et l’aplatissement de la Terre. Sa théorie ne sera mise en échec que par l’excès d’avance du périhélie de Mercure, expliqué par la théorie d’Einstein. En mathématique, il crée le calcul des fluxions, analogue au calcul différentiel développé indépendamment par Leibniz à la même époque. En optique, il construit le premier télescope en 1671 et décrit la dispersion de la lumière blanche par le prisme.

Citation du texte: Jean-Louis Simon, “Newton, Isaac ,” La connaissance des temps, consulté le 12 décembre 2019, https://cdt.imcce.fr/items/show/576.