Galileo Galilei dit Galilée

Né à Pise en 1564

Mort à Arcetri près de Florence en 1642

Mathématicien, physicien et astronome italien.

Aîné d’une famille de sept enfants, il montre très tôt une grande habileté manuelle dans la construction d’instruments.

Il entreprend des études de médecine puis de mathématique.

Il est nommé professeur de mathématique à l’université de Pise en 1589 puis à l’université de Padoue en 1592.

En 1609, il apprend l’existence d’une lunette conçue par un opticien hollandais. Il va considérablement perfectionner cet instrument et en construire plusieurs. En quelques mois, avec une lunette d’un grossissement égal à vingt, il observe le relief de la Lune, constate que la voie lactée contient des milliers d’étoiles et, surtout, découvre, en janvier 1610, les quatre satellites principaux de Jupiter.

Cette découverte prouve que la Terre n’est pas le centre unique des révolutions célestes.

Ces résultats sont publiés, le 12 mars 1610, dans son ouvrage le Sidereus Nuncius (Le Messager céleste).

En septembre 1610, il découvre les phases de Vénus qui ne peuvent s’expliquer que si Vénus tourne autour du Soleil.

Toutes ces découvertes, inexplicables dans le système de Ptolémée, vont faire de Galilée un fervent partisan du système héliocentrique de Copernic.

Il va alors se heurter aux théologiens. Le 3 mars 1616, l’œuvre de Copernic est mise à l’index. En 1633, Galilée est condamné par le Saint-Office et obligé d’abjurer ses idées.

Galilée va vivre les dernières de sa vie en reclus mais continue à travailler.

En 1638, il publie à Leyde ses Discours sur deux sciences nouvelles, ouvrage où il établit les fondements de la mécanique moderne.

Citation du texte: Jean-Louis Simon, “Galileo Galilei dit Galilée ,” La connaissance des temps, consulté le 20 août 2019, https://cdt.imcce.fr/items/show/570.