Decohorne, François
Decorn
Deckhorn

Né le 1820

Mort le 1899

François Decohorn(e) (ou Deckhorn ou encore Dicorne), dit Blanchard1, est né le 4 mars 1820 à Uchaux (Vaucluse). Son père ne savait pas écrire. Il fut exempté du service militaire par son numéro de tirage au sort. Professeur de mathématiques à Paris, il dut quitter l’enseignement à cause de l’imperfection de son élocution. Il fut employé de 1867 à 1870 comme calculateur des tables de la Lune, pour le compte de Delaunay, puis de 1870 à 1872 comme calculateur auxiliaire à l’Observatoire, qu’il dut quitter à la mort de Delaunay. Le directeur de l’Observatoire, consulté par le ministre, écrivait le 8 septembre 1880 : « M. Decohorn a été attaché pendant quelques mois au bureau des calculs, mais bien qu’il eût de la bonne volonté, son incapacité scientifique et une paralysie du bras ne permit pas de le garder à l’observatoire où il ne pouvait rendre aucun service ». YvonVillarceau écrivait au ministre le 10 avril 1878 : « C’est par commisération que Delaunay lui avait donné un emploi ».

À la suite d’une hémiplégie, il devint, le 3 décembre 1873, pensionnaire de l’hospice des incurables à Issy-sur-Seine, comme indigent, puis plus tard de l’hospice de retraite Galignani à Neuilly-sur-Seine. Le 20 mars 1889, le Bureau examine « […] une demande de secours annuel faite par M. Decohorne pour obtenir l’habillement et le chauffage à l’asile Galignani. M. Bouquet de la Grye dit que cela pourrait être obtenu par la Société des Amis des Sciences [dont Decohorne est membre]. M. Tisserand en parlera à M. Bertrand »2.

Il survivait d’un maigre secours que lui versait le ministre et le Bureau3. Il demandait par lettre du 15 décembre 1892 une augmentation de ce secours : « [...] Ma vue ne me permettant plus de faire le moindre travail pour le Bureau des Longitudes, je me trouve dans la plus triste position », secours qu’il percevait encore en 1898.

 

1. Dossier Decohorn(e), Archives non publiques du BDL, Institut de France, note mss. adressée à M. Bouchet, s.l.n.d.

2. PV BDL, 20 mars 1889.

3. PV BDL, 12 décembre 1888.

Citation du texte: Guy Boistel, “Decohorne, François Decorn Deckhorn ,” La connaissance des temps, consulté le 21 octobre 2020, https://cdt.imcce.fr/items/show/510.